L’allaitement et ses ratés…

Trois enfants et trois allaitements, radicalement différents…
Ma Missnounette est née, et je ne savais pas si je souhaitais l’allaiter ou non, je n’ai pas vraiment pris la décision, c’est elle qui s’est posée sur mon sein et a commencé à téter naturellement.
A l’époque, j’avais deux versions, celle de ma mère pour qui il avait été impensable d’allaiter ses enfants, de peur d’avoir mal et que sa jolie poitrine en prenne un coup, de l’autre, celle des femmes de ma belle-famille qui ont toutes allaité, plus ou moins longtemps avec plus ou moins de difficultés mais qui prônaient l’allaitement maternel.
Entre les deux, MOI, avec mes doutes mon manque de confiance en moi et aucunes convictions.
Voilà donc le schéma de départ de ce premier allaitement !!!
Les débuts ont été compliqués, des douleurs, des infections, un bébé qui pleurait beaucoup et des conseils contradictoires de toute part, mais j’ai tenu bon, même si je ne trouvais pas ça si agréable, j’avais l’impression de me priver de beaucoup de choses et pour ne pas mettre mon sein à nu partout, souvent soit je me cachais, soit je privais mon bébé d’une petite tétée. De toute façon le premier conseil qui m’ait été donné à la maternité était de bien caler les horaires des tétées dès le début sinon mon bébé allait être déréglé et c’était la porte ouverte au grand n’importe quoi.
Quand j’y repense, qu’est ce que j’étais godiche !!!
J’en garde pourtant des souvenirs si doux, des odeurs de cheveux de bébé mouillés par la sueur, des caresses sur ma peau de ses petites mains chaudes, des regards les yeux dans les yeux qui débordent d’amour…
J’ai du arrêter d’allaiter ma Miss à 4 mois, une opération, des antalgiques, une anesthésie, finalement j’ai accueilli la nouvelle avec soulagement, j’avais une bonne excuse pour arrêter !
Quand j’ai appris à peine quelques mois plus tard, que mon Petitnou avait fait son nid, j’ai de suite repensé à cet allaitement en demi-teinte, il n’était pas question alors de faire autrement que d’allaiter ce bébé, mais j’allais mieux m’y préparer.
Je me suis documentée, je me suis équipée (coquillages d’allaitement, coussin, langes, soutiens-gorges et vêtements adaptés…) j’ai regardé des vidéos pour savoir comment nous positionner au mieux pendant les tétées, tellement que quand il est né je pensais être archi-méga prête !
La première nuit de mon bébé fut un calvaire, il faut dire qu’il a eu une arrivée sur Terre un peu chaotique et était carrément sonné, mais cette nuit là il n’a fait que se vider… Il tétait, mais vomissait tout par jets (mais comment font les bébés ? Je me suis toujours demandé d’où venait cette force d’éjection chez ces tout petits ! Beurk…). Bref, j’ai vite pensé que ça n’allait pas être aussi simple.
Je n’avais pas encore compris le concept d’allaitement à la demande, pour nourrir mais aussi pour câliner le bébé qui en a besoin, et puis de toute façon il était déjà bien assez accroché à sa maman, je n’allais pas en rajouter en le collant au sein chaque fois qu’il pleurait, il devait apprendre à patienter !!!
Bébé d’hiver, maman frileuse, veut aussi dire à peu près 5 couches de vêtements à retirer à chaque tétée.
Résultats, un bébé constamment énervé, peu rassuré et qui pleure fort et beaucoup. Nous étions épuisés, à la limite du raisonnable parfois, heureusement soutenus, mais épuisés.
J’ai repris le travail quand mon Petitnou avait 6 mois, sur long-courrier avec des découchers longs et des décalages horaires, impossible de concilier ce rythme avec un allaitement, 6 mois c’est très bien déjà, mais mon bébé lui qu’en pensait-il ?
Nous avons pris le temps de nous poser et de regarder ces 2 petits êtres grandir, nous nous sommes reposés (un peu) et puis est arrivée l’envie du petit dernier 🙂 oui on est carrément cinglés !
Ma Lilinette, est arrivée naturellement, comme une perle, elle a roulé jusqu’à mon sein et si est agrippée pour ne plus le lâcher. Cette partie de mon corps est en libre-accès, un temps indéfini pour les besoins de cette petite fille !
Avec l’introspection de mes 2 premières expériences, un peu plus de confiance en moi, des gens à l’écoute, un été permanent et des seins rapidement accessibles, aujourd’hui je peux dire que j’ai réussi ce troisième allaitement comme je le voulais.
Je ne dis pas avoir râté les autres, c’est juste que j’avais en tête une idée, une image de quelque chose de très simple et parce que je ne me suis pas fait confiance, parce que j’ai écouté les conseils (bienveillants je confirme) plutôt que d’écouter mon bébé, je suis passée à côté de quelque chose.
Je ne regrette rien, je pense au contraire que comme beaucoup de choses il faut s’entraîner avant d’y arriver, aujourd’hui je peux témoigner et dire qu’on peut allaiter 1 mois, 6 mois ou 1 an, l’important est de se sentir bien, à l’aise et en phase avec nos idéaux, je ne changerais rien à mes expériences, aujourd’hui mes enfants sont épanouis et en bonne santé, c’est là l’essentiel.
Il y a cependant une chose qui les différencient de leur petite soeur, c’est la confiance en eux. Est-ce une question d’allaitement ou de caractère, à voir, on fera le point dans quelques temps 🙂

Pour toutes celles (et ceux) qui voudraient se renseigner sur l’allaitement n’hésitez pas à aller sur le site de la leache league, la référence en la matière.

Et pour les parents de Nouvelle-Calédonie, vous pouvez consulter la page facebook allaiter en nouvelle-calédonie, des réunions d’informations et d’échanges sont organisées une fois par mois 😉

allaitement bebe
Crédit photo Delphine Mayeur

5

2 Commentaires

  1. Sophia 31 août 2017 à 7 h 07 min

    L’allaitement tué dans l’oeuf pour mon premier qui était un grand préma! Dur d’être séparés et d’allaiter! Et mon deuxième, à 13 mois, s’accroche un peu le soir pour le dodo. J’en suis immensément fière! 🙂
    Je ne crois pas qu’il y aura de 3ème enfant alors, cette allaitement est et restera unique dans ma vie!
    Tiens, mes yeux s’embuent tout seul…

    Répondre
    1. mamansophie 3 septembre 2017 à 9 h 58 min

      Je comprends ton émotion et ta fierté Sophia ! Dur dur d’être séparée de ton premier, et de surcroît le sachant si fragile 🙁 Profite à fond de ce que tu vis avec ton second, et ça durera le temps qu’il vous faudra !!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Ou

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *